Immoboum

L'immobilier en plein boum...

04 mars 2008

"12 étapes vers le désastre financier" de Nouriel Roubini

Copie_de_t_Titanic17L'article de Nouriel Roubini ne cesse de faire parler de lui.

Le krach parfait...

En premier, vient la plus grande récession immobilière qu’aient connue les USA. Le prix des biens, dit-il, va chuter de 20 ou 30% en dessous des sommets atteints, ce qui détruira de 4 à 6 000 milliards de patrimoine. Dix millions de foyers se retrouveront avec un « patrimoine négatif »

Negative equity, nous en parlons depuis longtemps ici

Ils nous parlent aussi d'un seul coup d'un catégorie de prêts qui seraient selon lui tout aussi dangereux, ce seraient des crédits qui auraient été contracté en 2005 et 2007 par des personnes non subprimes mais qui seraient imprudents ou toxiques, je cite.

L’étape 2 verrait apparaitre de nouvelles pertes, au-delà des estimations actuelles de 250 - 300 milliards, dans les emprunts subprimes. Près de 60% des contrats signés en 2005 et 2007 sont « imprudents ou toxiques » affirme le professeur Roubini. Goldman Sachs estime les pertes sur les emprunts hypothécaires à 400 milliards. Mais si les prix de l’immobilier chutent de plus de 20% elles seront bien plus élevées, ce qui diminuera d’autant la capacité des banques à offrir des crédits.

Vous l'avez compris, ce sont les crédits qui ont été accordés à des personnes ayant probablement empruntés à 100% voir plus de ce qu'ils avaient à payer. Ils vont immanquablement être en negative equity.
De nombreux avocats conseillent à ces débiteurs de se mettre en faillite personnelle et se faire ainsi saisir de leur logement. Ils acceptent de ce fait de se faire saisir leur logement mais cela a l'avantage d'annuler leurs dettes. Et comme la dette est plus élevée que la valeur de la maison, ils s'en sortent bien, vous comprenez pourquoi ces crédits ne valent pas plus que les sub-primes, à votre avis ?
Aie...Vous avez compris, bobo pour les banques surtout que de nombreuses banques ne savent même plus où sont passées leurs crédits ..
L'article énumère ensuite toutes les autres étapes et j'avoue que cela fait froid dans le dos, ça relègue surtout le krach immobilier au rayon annexe.

Si tout cela arrive, il va falloir reprendre gout aux choses simples et aux pommes de terre : 1929 est de retour !!

L’étape 3 serait celle de lourdes pertes sur les crédits - non garantis - à la consommation associés aux cartes de crédit, aux prêts d’acquisition de véhicules, sur les emprunts étudiants, et ainsi de suite. Le « crédit crunch » s’étendrait des emprunts immobiliers à une grande part des crédits à la consommation.

L’étape 4 serait la dégradation de la note attribuée aux assureurs monolines, qui ne méritent pas la note AAA dont dépend leur modèle d’activité. S’en suivrait une dépréciation supplémentaire de 150 milliards sur les titres gagés sur des actifs.

L’étape 5 serait un krach du secteur de l’immobilier commercial, et la numéro 6 la faillite d’une grande banque régionale ou nationale.

A l’étape 7 apparaîtraient de grosses pertes sur des LBO imprudemment conçus ( ndt : les opérations de rachat d’entreprises financées par l’emprunt) . Les centaines de milliards de dollars de ces emprunts resteraient peser sur les bilans des établissements financiers.

L’étape 8 verrait une vague de défaillances d’entreprises. En général, la situation des entreprises américaine est convenable, mais un nombre non négligeable d’entre elles ont une faible rentabilité et sont lourdement endettées. Ces défaillances entraîneraient des pertes dans les Credit Defaut Swaps, les contrats de gré à gré qui assurent ce type d’emprunt. Ces pertes pourraient atteindre 250 milliards. Des compagnies d’assurances pourraient également faire faillite.

L’étape 9 serait le krach du « système financier bis » (ndt : « shadow » c’est-à-dire les fonds d’investissement et les établissements non régulés). Traiter les problèmes rencontrés par les fonds d’investissement, les SIV, etc.... serait rendu plus difficile par le fait que ces établissements n’ont pas accès aux prêts des banques centrales.

A l’étape 10 la valeur des actions poursuivrait sa chute. La faillite des fonds spéculatifs, les appels de marge et les ventes jouant la baisse (short) pourraient entraîner une baisse des prix en cascade.

L’étape 11 verrait l’assèchement des liquidités dans de nombreux marchés financiers, y compris l’inter bancaire et les marchés monétaires, provoqué par une perte de confiance dans la solvabilité.

L’étape 12 serait caractérisée par « un cercle vicieux de pertes, de réduction de capital, de contraction du crédit, de liquidation contraintes et de ventes en urgence d’actifs évalués en dessous de leurs fondamentaux de prix. »

t_immobulle1Et le krach immobilier dans tout ca ?
Pas grave, il serait seulement une victime collatérale, les prix baisseraient d'environ de 50% et les emprunteurs seraient de toute façon contraint de payer jusqu'au dernier centime leurs emprunts. D'ailleurs, personne ne pense à eux.
Tout le monde s'en fout déjà.

Ce sont les banques (surtout celles qui ont n'importe quoi comme  Northern Rock ) qui inquiètent par ces temps, les emprunteurs, on s'en fout ..

A bientôt et courage pour l'avenir.

Maxime

King is cash ...( ca change, je trouve, non ?..)

Par Maxime 08:06 - Crise financière - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    merci contre infos

    il est bon de s'appercevoir que sur contre infos les revus de presse font l'objet de veritables informations du public . ce blog meriterait une medaille de la fonction public . je prefere 1000 fois ce genre d'infos que la soupe de cochon qu'on nous dert aux differents 20 h meme les prives . tant qu'il y a des contre infos a se mettre sous la dent c'est qu'il y a de la resistance a la bourinnerie generale . bravo maxime meme si je n'adhere pas tjrs a tes points de vue . cordialement un

    Posté par sos contre infos, 04 mars 2008 à 15:32
  • belle article

    supert,j´adore ton site bravo,bravo,brao

    Posté par celine, 26 avril 2010 à 15:07
  • Pas mal.

    Nous aussi, nous avons aimé.Merci

    Posté par JUAN IMMOBILIER, 26 janvier 2012 à 23:48

Poster un commentaire